Bilan running 2013

Mettre un pied devant l'autre, avancer, penser au panneau stop qui est visible au loins, c'est l'objectif, il faut le dépasser et continuer. C'est la sortie du samedi et du dimanche matin de 9h10

En semaine le programme se compliquait : un jour un run, un tram, faire toujours plus de stations, aller toujours plus loins. Les jambes n'ont pas toujours été en forme comme je peux le constater dans mes notes de course sur Runtastic, des matins où les jambes sont lourdes, où le fait de se mettre debout est quasiment insupportable. Mais une seule et unique motivation persistait. Et si c'était ce jour le bon, ce jour où je la croiserai ? Le mal est présent mais l'envie de s'en sortir est plus intense. Cours libères toi.

Au total 1695 km I 183 sorties running de 7km à 20km et une envie insatiable de courir toujours d'avantage

  • En février je courais pour rattraper le temps, le passé
  • En mars je courai pour ne pas être ridicule en courant avec les collègues
  • En avril et mai je courai pour évacuer durant les révisions
  • En juin je courai pour mon propre bien être
  • En septembre je faisais mon premier semi marathon
  • Bref maintenant je cours pour faire des courses le week-enk
  • En sommes j'aime courir

Au bout de 3 mois j'ai fait mon premier semi en 1h42 j'en étais fier.

  • Doux bitume dont je frôle la peaux à chaque fois que j'enfile mes baskets
  • Ton corps que je piétine
  • Aussi infini soit il
  • Je ne gagne pas
  • Mon mental se renforce, et mon esprit se libère
  • Tu es le doux terrain de ma délivrance

La machine était en route. L'endorphine faisait son travail, chaque jour un run. C’est dingue comme le mental peut avoir un impact sur l’effort !

J'appelais mon run du samedi ma sortie longue car il faisait 19km que j'essayais d'achever dans un temps toujours plus court.

Bien plus qu'un besoin cette activité que je n'affectionnais pas au départ était devenu une nécessité pour me canaliser.

Charles-Henri NickComment