Périple du Maraisthon

Pourquoi parler de Périple alors qu’il suffit juste de se rendre sur le lieu de la course, passer au village récupérer le dossard et se positionner sur la ligne de départ ?! Pour la simple et bonne raison que le trajet Paris Niort ne devait pas se passer ainsi ...

train-bordeau.jpg

Trajet Paris - Niort : Départ prévu à 15h12 à la Gare Montparnasse, train loupé, deuxième possibilité celui de 17h12, parfait je me rends une deuxième fois à la gare Gare, j’arrive à l’heure me positionne dans le train, ce dernier départ. J’étais en avance mais en échangeant avec la personne en face de moi je réalise que j’ai pris un train pour BORDEAUX, un direct en plus. Le mien était voie deux et j’avais pris celui voie 3 .

Arrivée à Bordeaux - 21h05 : Une personne m’interpelle, vous aussi vous avez pris le mauvais train ? Le contrôleur m’a sommé de venir vous voir, qu’on s’arrange pour trouver une solution ensemble “MOI C’EST LÉA” .

Début du périple en AUTOSTOP OUI OUI OUI ! 175km de distance entre Bordeaux et Niort, un marathon à 8h30 m’attendait il ne s’agissait pas de louper le départ ! Nous voilà entrain de faire une annonce dans le train, histoire de trouver une personne qui pourrait nous rapprocher au plus prêt de la sortie de Bordeaux près du Paillage pour commencer à lever le pouce. Un monsieur répond favorablement à notre annonce, nous partons avec lui. Arrivé aux abord de la sortie de Bordeaux, après 3 minutes un autre conducteur s’arrête et nous emmène au paillage nous étions ravis que cela se passe si bien la nuit n’était pas encore. Au paillage nous échangeons avec un conducteur sur le parking, il nous informe que pour aller en direction de La Rochelle c’est la direction Paris, que nous sommes du mauvais côté. En stress nous voilà entrain de traverser le paillage pour être du bon coté et recommencer la traversé de Bordeaux en direction de Paris. Une conductrice, une station totale puis un deuxième conducteur, une deuxième station totale et là nous rencontrons BRIGITTE ce fut notre sauveuse, la nuit tombait nous étions simplement à la sortie de Bordeaux et voilà qu’elle nous informe qu’elle peut nous prendre qu’elle va à La Rochelle. La joie #happy pouvait se lire sur nos visages.

Chez Brigitte : Après 2h00 de route, avoir déposé Léa. Nous finissons le trajet avec Brigitte, Escale à La Rochelle, petit dodo chez Brigitte oui oui oui. Il est 1h du matin me propose de manger quelque chose de prendre une douche, je fus agréablement surpris vous vous en doutez. Elle avait tous prévu : “Demain matin je te prêterai mon vélo que tu laissera devant le KFC lieu où tu as rendez-vous pour ton blablacar pour NIORT” Oui n’oublions pas que je devais rejoindre Niort à la Base

RÉVEIL 5h00 - 4 heures de sommeil : Rdv Blablacar à 6h00. Une longue journée m’attend 3km à pieds, oui j’ai préféré laisser le vélo à sa place et marcher. 45 minutes de voyage en Blablacar et juste 42,195km à pieds pour le Maraisthon. 7h10 Arrivé à destination chez Marion Bon petit expresso histoire de garder la forme, oui j’adore le café et je sentai que j’en avais grandement besoin. Je rencontre quelques coureurs avec qui j’allais vivre cet évent. Bien évidement il y avait aussi l’ami Dare Marathon avec qui j’allais faire le départ et vivre les 24 premiers km. Si il y a bien une chose que je dois ajouter, c’est qu’il allait faire chaud.

Maraisthon : 7h30 en route pour le Maraisthon, motivé comme jamais. Je ne sais ce qui me tient, la joie d’être présent, les amis, le sur plus de fatigue ?! Nous avons déposé nos affaires le départ va être annoncé nous nous mettons en place Eric Paul et moi. J’allume la caméra, paré pour filmer. Ce que je n’imaginais pas, c’est perdre Eric dès le premier Km, au final ce sera au 17km que je retrouve Dare Marathon et Paul. Ce qui m’a emplit de joie, après tout c’est tout de même pour faire le run tous ensemble qu’on a prévu ce petit week-end :) .

dare-marathon.jpg

Ce marathon fut en 2 boucles. La réelle difficuleté de ce marathon ce fut la chaleur, il faisait environ 31° bien trop pour avoir une foulée dynamique. Parti bien trop vite, les 15 km je n’ai pas vraiment échangé avec les autres runners, j’ai mémorisé quelques moments pour constituer la vidéo

au-coeur-du-marathon.jpg

et j’ai couru, couru en observant le paysage qui s’offrait à nous. Bien plus de sentiers que de bitume et des arbres à perte de vue jonchant les marais. À la fin de la première boucle de 24 km c’est avec Gérome et Marion Bon que j’ai couru, on a profité du run à notre manière, en prenant de véritables pauses aux ravitos et en parlant par exemple. En sommes nous avons bien vécu ces 18 derniers km.

un-petit-verre-please.jpg

Conclusion : Un marathon magnifique. En relais ou en totalité il faut le faire il est véritablement magnifique et si comme nous, vous avez la chance d’avoir du beau temps alors c’est encore mieux !

COURIR C’EST BIEN MAIS COURIR AVEC LES AMIS C’EST MIEUX !

FILMER C’EST BIEN MAIS VIVRE ET MÉMORISER DES MOMENTS VÉCUS ENTRE AMIS C’EST ENCORE MIEUX !